L’hibiscus un herbacé qui gagne à être connu

De Dakar à Addis Abe­ba en pas­sant par le Caire, le nom change de bis­sap à kar­ka­dé mais la cou­leur reste, celle du rouge de l’hibiscus. Décou­vrez cette plante aux nom­breuses ver­tus.

Les ori­gines de l’hibiscus remontent au Sou­dan mais c’est au Séné­gal, où il a été intro­duit au XIXème siècle, qu’il a pris son nom « bis­sap » venant du wolof (une des nom­breuses langues par­lées au Séné­gal). Ce nom est celui qui est lar­ge­ment uti­li­sé sur le conti­nent afri­cain qu’on soit sur un mar­ché à Lomé, Abid­jan, ou encore Bama­ko.

Cette plante uti­li­sée en infu­sion est cer­tai­ne­ment la bois­son la plus connue en Afrique de l’ouest. Consom­mée à tous les évé­ne­ments fes­tifs (mariages ou fêtes reli­gieuses), l’infusion d’hibiscus appe­lé « Bis­sap » est ren­due célèbre par son goût frais et aci­du­lé et ses nom­breuses ver­tus (anti­oxy­dants, vita­mines C).

Quel hibiscus consommer ?

Les hibis­cus font par­tie de la famille des mal­va­cées qui com­portent de nom­breuses espèces qui sont uti­li­sées dans les domaines indus­triels (agro-ali­men­taire, cos­mé­tique…). Il existe plus de 200 espèces d’hibiscus dans le monde : il est l’emblème de la Corée du sud et sym­bo­lise pour ses habi­tants la per­sé­vé­rance et la déter­mi­na­tion.

Cepen­dant toutes les espèces d’hibiscus sont-elles consom­mables ?

Les varié­tés que nous retrou­vons le plus sou­vent dans nos assiettes sont l’Hibiscus escu­len­tus ou gom­bo et Hibis­cus sab­da­rif­fa ou roselle.

Le « bis­sap » est réa­li­sé à par­tir d’une infu­sion d’hibiscus sab­da­rif­fa.

Sa culture a lieu dans les zones tro­pi­cales et c’est une plante qui s’adapte aux zones arides grâce à son sys­tème raci­naire qui lui per­met d’explorer les couches pro­fondes du sol en cas de séche­resse. C’est pour cela qu’on la retrouve dans les zones arides du Mali ou du Bur­ki­na.

Si cer­tains connaissent bien le bis­sap rouge, savez-vous qu’il existe deux types de bis­sap ?

Deux cou­leurs et deux uti­li­sa­tions dif­fé­rentes :

  • Un type rouge uti­li­sé pour les infu­sions, gelées, confi­tures (pré­pa­ra­tion sucrée).
  • Un type blanc uti­li­sé dans la pré­pa­ra­tion des sauces (pré­pa­ra­tion salée).

Le bis­sap peut se consom­mer en toute occa­sion selon ses goûts et ses envies.

L’hibiscus, est-il bon pour la santé ?

Le bouche à oreille sur les ver­tus de l’hibiscus a per­mis de démo­cra­ti­ser sa consom­ma­tion. Comme nous sommes res­pec­tueux des anciens, nous écou­te­rons leurs conseils sur la consom­ma­tion du bis­sap qui serait béné­fique pour la san­té. Mais comme nous sommes aus­si des gens sérieux, nous sommes allés cher­cher ce que la science dit sur les ver­tus de l’hibiscus.

En 2013, une étude de la Tufts Uni­ver­si­ty de Bos­ton a mon­tré qu’une consom­ma­tion régu­lière de tisane à base d’hibiscus per­met­tait de bais­ser la pres­sion arté­rielle chez les per­sonnes souf­frant d’hypertension.

En plus d’être un régu­la­teur de ten­sion arté­rielle, l’hibiscus a trou­vé de nom­breuses appli­ca­tions dans les domaines de l’aromathérapie et les cos­mé­tiques. Ses anti­oxy­dants, béné­fiques dans la lutte contre le vieillis­se­ment cel­lu­laire, ont convain­cu la mai­son DIOR de créer une crème anti-âge.

Tous ces élé­ments nous ont convain­cu que l’hibiscus a des effets béné­fiques sur la san­té.

Comment le consommer ?

Toute la plante peut être uti­li­sé dans l’alimentation.

Ces jeunes feuilles au goût aigre, acide et astrin­gent sont comes­tibles en sauce.

Les tiges une fois la défo­lia­tion faite, sont très recher­chées pour la pro­duc­tion des fibres en rem­pla­ce­ment du Lin.

Enfin, les racines sont uti­li­sées dans la phar­ma­co­pée tra­di­tion­nelle. Ces racines, net­toyées et bouillies, ont un excellent pou­voir pur­ga­tif sur l’homme.

L’élément le plus uti­li­sé étant le calice. Contrai­re­ment à la croyance ce n’est pas la fleur qui sert à réa­li­ser le bis­sap mais il s’agit du calice de cou­leur rouge pourpre.

Réa­li­sé en infu­sion, cha­cun peut y aller de sa recette, il n’y a aucune limite. Pour les plus fri­leux, vous pou­vez sim­ple­ment suivre la recette d’un chef étoi­lé Alain Pas­sard :

Jus d’hibiscus épi­cé (Alain Pas­sard)
1 l d’eau miné­rale
50g de sucre semoule
3 grains de poivre noir
1 clou de girofle
12 bâton de can­nelle
Le zeste d’1/4 de citron
Le zeste d’1/4 d’orange
12 gousse de vanille avec les graines
60g de fleurs d’hibiscus séchées

1. Mettre tous les ingré­dients dans une grande cas­se­role et faire chauf­fer à feu doux. Retire du feu dès que l’eau fré­mit.
2. Lais­ser infu­ser pen­dant 2h. Fil­trer et réser­ver le jus au réfri­gé­ra­teur. Ser­vir bien frais.

Main­te­nant que vous savez tout sur cette plante, vous n’avez plus aucune excuse pour votre pro­chain dîner entre amis ou en famille. En entrée, dans le plat où le des­sert, voi­ci plu­sieurs occa­sions de vous réga­ler avec le bis­sap.