L’hibiscus est dans la pomme

Vous avez été nom­breux à décou­vrir nos créa­tions à base d’hibiscus et de pomme. La pomme, si elle apporte cer­tai­ne­ment une ron­deur qui accom­pagne l’âpreté de l’hibiscus pour le plus grand plai­sir des gour­mands, elle a aus­si une son his­toire. Décou­vrez l’histoire de nos pommes.

Depuis Adam et Eve (pour les plus croyants) à nos jours, en pas­sant par les comtes Dis­ney, la pomme est pré­sente par­tout dans notre ima­gi­naire. Tan­tôt sym­bole de vie, de pou­voir, d’amour, de connais­sance ou même de mort, elle est le fruit qui a le plus tra­ver­sé les âges et mar­qué l’histoire.

Mais la pomme c’est avant tout un fruit dont les béné­fices pour la san­té sont nom­breux. La pomme est riche en fibres et anti­oxy­dants, pauvre en calo­ries . Elle pos­sède un effet coupe-faim. La pomme pos­sède un pou­voir désal­té­rant impor­tant car elle contient près de 85% d’eau. Elle contient éga­le­ment de nom­breuses vita­mines qui se trouvent essen­tiel­le­ment dans la peau. Ain­si, il est conseillé de man­ger la pomme avec la peau ou bien en com­pote. Elle contient des sels miné­raux : potas­sium, magné­sium, phos­phore…

La pomme est le fruit pré­fé­ré des Fran­çais, ils en consomment près de 18 kg par an et par ménage sous toutes leurs formes !

« 20,3% de part de mar­ché en volume, loin devant les bananes (14,6%) et les oranges (12,4%). La pomme est le pre­mier fruit ache­té. Près de 89% des ménages achètent des pommes au moins une fois par an. »

D’où viennent nos pommes ?

Pour choi­sir nos pommes, nous sommes par­tis à la ren­contre des pro­duc­teurs dans plu­sieurs régions fran­çaises : La Nor­man­die, la Tou­raine, l’Alsace, la Savoie. Nous avons échan­gé sur leur savoir-faire et nous nous sommes nour­ris de leur exper­tise métier.

Notre voyage s’est ter­mi­né en Tou­raine où nous avons ren­con­tré Bas­tien qui est pro­duc­teur de Pommes. En 2006, il rejoint l’exploitation fami­liale pour y appor­ter un nou­veau souffle et un nou­veau regard por­tés sur l’innovation.

Notre pre­mière ren­contre nous a per­mis de décou­vrir un pas­sion­né qui sait tra­vailler ses pommes et qui est ouvert à l’innovation. Force de pro­po­si­tion, il a su amé­lio­rer les recettes exis­tantes en ame­nant sa touche (oui la menthe poi­vrée culti­vée à moins 20kms de ses ver­gers, nous la devons à son goût pour la nou­veau­té et la sin­gu­la­ri­té).

En tant que amou­reux de la nature, c’est tout natu­rel­le­ment qu’il a fait migrer l’exploitation vers une agri­cul­ture rai­son­née. Son exploi­ta­tion à taille humaine a fait le choix de la qua­li­té sur la quan­ti­té, de nom­breuses alter­na­tives au trai­te­ment chi­miques sont mises en place pour le res­pect de la nature et des femmes et hommes qui tra­vaillent dans les ver­gers.

« Les ver­gers éco­res­pon­sables : Depuis plus de 20 ans, des pomi­cul­teurs enga­gés dans une démarche de pro­duc­tion éco­res­pon­sables par­tagent la même éthique : pro­duire des fruits sains, savou­reux et de qua­li­té avec des méthodes de pro­duc­tion res­pec­tueuses de l’environnement et de la bio­di­ver­si­té dans les ver­gers, tout en assu­rant l’équilibre éco­no­mique des exploi­ta­tions. Ver­gers éco­res­pon­sables est le label qui iden­ti­fie les pommes et poires pro­duites dans le cadre de cette démarche, depuis 2011. »

Aujourd’hui ce sont 60% des pommes fran­çaises qui sont culti­vées dans les ver­gers éco­res­pon­sables.

En plus d’être pro­duc­teur éco­res­pon­sable, BASTIEN est aus­si un créa­teur de jus. En 2013, ces créa­tions ont reçu les médailles du concours agri­cole. Une preuve de la qua­li­té de son savoir-faire que Pana­ma­ko a su mettre en avant dans ces créa­tions.

Nos pommes sont-elles BIO ?

La consom­ma­tion du BIO est en pleine expan­sion et cela à juste titre car les consom­ma­teurs sont en attente de pro­duits sans pes­ti­cides. Les marques ont d’ailleurs sui­vi le mou­ve­ment en pro­po­sant une offre large de pro­duits (ali­men­taire, cos­mé­tique, pro­duits ména­gers).

Mais cette recherche de puri­fi­ca­tion ne doit pas conduire à jeter l’eau du bain avec le bébé. Il existe bien évi­dem­ment des pro­duc­teurs res­pon­sables qui pri­vi­lé­gient la qua­li­té des pro­duits et mini­misent le recours aux pro­cé­dés chi­miques.

De plus de nom­breux pro­duc­teurs en France comme dans le monde jouent un rôle socié­tal en créant des emplois et en par­ti­ci­pant à la dis­tri­bu­tion de richesses qui contri­buent au déve­lop­pe­ment éco­no­mique des zones rurales.

C’est dans cette logique que nous avons fait le choix du local et éco-res­pon­sable plu­tôt que du BIO.

200 mètres séparent les ver­gers du pres­soir et nous avons fait ce choix là pour plus de proxi­mi­té et plus de fraî­cheur, de plus nos créa­tions sont sans colo­rants, sans conser­va­teurs. Donc le BIO ce n’est pas auto­ma­tique.